top of page

OTOP du plaisir nordique

Dernière mise à jour : 14 nov. 2022



Nature, beau geste nordique, rencontres, convivialité, rigolades, « bonne bouffe » et quelques verres… tous les ingrédients étaient réunis pour passer une semaine exceptionnelle grâce au stage OTOP® organisé par « Roland Air-Z » et Chantal Torresan dans l’Aubrac. Tous deux, avec la contribution de Corinne, ont trouvé un savant dosage entre marche nordique, Nordic Yoga et bonne humeur pour la recette d’un cocktail idéal.



Les vertus de l’hébertisme, « la nature comme guide »

Le ton est donné au briefing d’accueil lors de la veillée d’armes de la semaine de stage. Roland a pris soin d’expliquer la philosophie de sa pratique, fondée sur la « méthode naturelle » mise au point par Georges Hebert au début du XXème siècle. (voir Hébertisme). Elle consiste à « utiliser les gestes naturels propre à l’homme, c’est-à-dire marcher, courir, sauter, grimper, etc.. afin de produire une dose d’activités proche de celle que représente une journée de vie au grand air ». La marche nordique est, évidemment, parfaitement adaptée, la « quadrupédie » en plus !

L’esprit de l’hébertisme se démarque de celui de l’activité sportive prônée par Pierre de Coubertin. Dans le sport ou le fitness, « les maîtres mots sont avant tout performance, compétition, silhouette, répétition. La performance a pris le pas sur la santé, la silhouette sur l’utilité, la répétition sur la variété, la règle sur l’imprévu. Et le stade ou la salle, remplaçant la nature, achève alors de nous déconnecter complètement de cette dernière ».

Pas question donc de performance ni de compétition dans le stage OTOP ! Mais pas de randonnée "planplan" non plus.


Découvrir et progresser

Mon objectif principal en m’inscrivant à ce stage : progresser dans ma technique de marche nordique, me relâcher avec le Nordic Yoga, passer de bons moments avec des ami(e)s retrouvés à cette occasion et m’en faire de nouveaux. J’étais, aussi, heureux de revenir sur le plateau de l’Aubrac que j’avais découvert et adoré à l’occasion d’un trail : le marathon des burons.


Côté marche nordique,

Je n’ai pas été déçu en retrouvant des fondamentaux déjà acquis mais surtout en découvrant beaucoup de "réglages" qui changent tout :


O ptimisation de la foulée

T enue du corps

O uverture des mains

P osition des bâtons


Côté Nordic Yoga,

J'y avais un tout petit peu gouté grâce à une séance d’initiation avec Carine Buteler (MYsportnaure) sur nos terres normandes. Outre le bien-être ressenti, j’y avais trouvé une complémentarité évidente avec la marche nordique. Cela m’avait mis l’eau à la bouche, je me suis rassasié dans l'Aubrac avec Chantal.


Que c’est dur de changer !

Quelques années de pratique de marche nordique, de recherche permanente de sensations et de progrès, ont « ancré » mon geste. Malgré un gros travail depuis des mois sur le relâchement j’ai encore une fâcheuse tendance à marcher à la « mode bourrin ». Pas vraiment dans la souplesse si vous voyez ce que je veux dire. J’ai aussi du mal à allonger le bras derrière, mon coude ayant une propension naturelle à remonter (pour pousser plus fort ?).

Ne plie pas ton coude ; ne casse pas ton poignet ; baisse les épaules ; baisse ton centre de gravité ; plus doucement… Un refrain que j’ai beaucoup entendu tout au long du stage : j'ai donné beaucoup de travail à nos trois coaches mais ils n’ont rien lâché. J'ai même eu parfois Carmelo et Jacky, animateurs du club savoyard Nordic Môle, sur le dos. Un fardeau bien sympathique quand même.

J’ai entendu, j’ai compris, je veux le faire, j’essaie de le faire, je le fais… Mais tout en même temps, que c’est difficile de maintenir le geste juste. Le naturel revient vite au galop. De petits déclics en petits déclics, ça va mieux. Je repars du stage en marchant différemment mais il va falloir peaufiner et insister pour installer définitivement tout ça : il y a encore du travail pour acquérir définitivement une nouvelle gestuelle OTOP.



D’où l’importance pour les débutants d’acquérir le plus vite possible une gestuelle correcte, c’est tellement plus facile que de modifier de mauvaises habitudes.


Un matériel qui va bien pour marcher correctement

Cela faisait un moment que j’avais l’impression que mes bâtons étaient un peu trop longs, expliquant ma tendance à casser le poignet, lever le coude (hors du comptoir de bistrot) voire monter les épaules. Je les ai donc un peu raccourcis avant le stage (voir l’opération) mais c’était une erreur de diagnostic.

L’œil expert du docteur Roland a identifié le vrai problème : un gantelet trop lâche (taille Large) qui m’incite à casser le poignet (ma main est en bas de la poignée) et ne pas suffisamment lâcher les bâtons, pour éviter qu’ils « flottent » à l’arrière. Le prêt de bâtons avec des gantelets adaptés a partiellement réglé le problème pendant le stage.

Je me suis empressé de trouver les gantelets qui vont bien en rentrant. Bizarrement, la taille S est largement suffisante pour mes TSL alors que je n'ai pas particulièrement de petites mains.

C'est beaucoup mieux ainsi mais soyons honnête : ce n'est pas une excuse, ça n'explique pas tout, ça ne règle pas tout, ce serait trop simple ! Mais la perfection passe aussi par le choix du matériel : les bâtons ET les gantelets.


Pour la beauté du geste

Pas de recherche de performance donc dans la méthode OTOP mais un acharnement à tendre vers le geste parfait, dans les moindres détails. Le geste juste pour profiter pleinement de tous les bienfaits de la marche nordique, le soin apporté à chaque détail de la posture et du mouvement, une recherche d’esthétisme en harmonie avec la nature, voilà le but à atteindre. Marcher beau pour bien marcher, dans un bel environnement !

Mais aussi la joie de s’amuser avec des exercices ludiques, en groupe ou en binôme, dans la bonne humeur. Le sourire est toujours de mise, voire les grands éclats de rire. Oui la marche nordique est gaie. Non la marche nordique n’est pas un sport individuel !

Les photos et les vidéos sont un remarquable outil pédagogique. Roland les utilise largement pour identifier et expliquer les axes de progrès de chacun. Elles sont aussi le témoin objectif des progrès accomplis grâce aux recommandations, une source de plaisir et de fierté quand on les constate et de motivation quand on identifie ce qu’il faut encore travailler. Et puis être tout simplement… beaux et belles en marchant, ce pourrait être une fin en soi.

Toujours est-il qu'il m'en restera des images plein la tête !

Le souffle du Nordic Yoga

Quelle superbe idée de combiner dans un même stage marche nordique et Nordic Yoga, surtout quand les enchainements se déroulent aussi harmonieusement grâce à la complicité naturelle de Chantal et Roland.



Le Nordic Yoga, (conçu et développé par Thomas Faillat) est en soi une combinaison des deux, puisqu’il utilise systématiquement les bâtons pour toutes de postures, inspirées du yoga, avec donc un rôle prépondérant de la respiration. C’est en plus un vrai exercice de renforcement musculaire avec le maintien de postures qui peuvent être exigeantes. J’ai concrètement ressenti ses bienfaits sur le relâchement -musculaire et spirituel- en enchaînant la marche après les postures. En y associant les techniques respiratoires proposées par Chantal -j’adore la "fontaine de jouvence"- j’ai parfois eu le sentiment de marcher sur un petit nuage.

Comme la méthode OTOP en marche nordique, le Nordic Yoga nécessite un strict respect du détail dans la gestuelle. Comme pour le credo de Roland, l’esthétisme, la beauté du geste, sont un élément essentiel de la pratique. Et quel bonheur de faire ça ensemble !


Un parfait dosage entre exigence et bienveillance

Non seulement les deux ne sont pas incompatibles (voir exigence et bienveillance), mais c’est le meilleur gage de progrès. Les regards croisés de nos animateurs (trois paires d’yeux de lynx de l’Aubrac) n’ont laissé place à aucune approximation. Les consignes répétées inlassablement finissent par payer, pour peu qu’on ait envie progresser. Cela passe d’autant mieux qu’on ressent à la fois le professionnalisme de "gens qui savent de quoi ils parlent", la passion pour leur pratique qui incite à l’excellence et surtout leur envie de faire progresser leurs stagiaires pour leur plus grand bien. Toujours des encouragements, souvent des recadrages, mais systématiquement dans la bonne humeur , le respect des personnes et la chaleur humaine.


L’humain d’abord

C’est finalement ce que je retiens de cette semaine : les rencontres, les échanges, le partage autour de notre passion commune. Une dynamique de groupe s’est créée entre les 15 stagiaires avec les bons moments passés ensemble sur le terrain et en dehors (la table et le bar sont aussi de beaux terrains de jeu). Il me semble que nous en repartons en marchant différemment, mais peut être aussi en étant un peu différents. En tous cas avec l’envie de nous revoir. C'est le point commun des trois stages bien différents mais tout aussi riches que j'ai enchaînés cet été (voir stages paradisiaques autour des lacs alpins) : les marcheuses et marcheurs nordiques sont vraiment des "belles personnes".


Et le sport dans tout ça ?

Je suis convaincu par l’hébertisme mais je ne renie pas pour autant Pierre de Coubertin. J’ai été nourri par le sport et la compétition dans ma jeunesse, sur les stades et gymnases d’athlétisme et de sports co. J’ai retrouvé plus tard le plaisir de porter un dossard sur des compétitions « hors stade » en course à pied. Mais oui j’ai préféré le sport nature (le trail à la course sur route et le VTT au vélo de route). Oui je préfère maintenant les compétitions de marche nordique sur de beaux parcours nature, même sans juge, aux épreuves du Marche Nordique Tour où l’on tourne sur une boucle. Je n’y ai d’ailleurs encore jamais participé, me sentant plus attiré par des parcours en ligne comme sur l’Ultramarin ou le Vercors EuroNordicWalk.

La « technique » OTOP est-elle compatible ? Je ne sais pas si elle me fera marcher plus vite, mais je suis sûr qu’en l’appliquant je ne prendrai jamais une pénalité en passant devant un juge et que, compétition ou pas, je me ferai du bien.



Un GRAND MERCI à Roland Chantal et Corinne pour leurs apports et leur bienveillance

et à tous mes amis du stage, qui m'ont donné chaud au cœur :

Anne, Carmelo, Jacky, Katy, Maud et Bruno, Marie-France et Denis, Martine,

Odile, Sylvie et Gérard, Rose-Marie, Véronique.






Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page