top of page

Couper ses bâtons de marche nordique

Dernière mise à jour : 14 nov. 2022


Je viens de le faire, enfin !!!

Cela faisait un bon moment que j’avais décidé de raccourcir mes bâtons mais j’avais toujours autre chose à faire, entre autres marcher nordique. Une petite appréhension de rater l’opération m’a peut-être aussi fait retarder l’échéance. Finalement même pas mal, tout s’est bien passé.


La taille idéale pour les bâtons.

La formule classique (taille en cm x 0,68) est une bonne indication pour une première approche mais qui mérite d’être affinée. D’une part nous ne sommes pas tous faits de la même façon, nos « segments » (bras, tronc, jambes) ne sont pas standards. De plus, la plupart des fabricants proposent des tailles de 5 en 5 cm, il faut donc avoir un coup de chance pour tomber pile poil sur la bonne. Attention aussi : les tailles annoncées d’une marque à l’autre ne correspondent toujours à une même réalité.


Des bâtons adaptés à sa technique de marche.

Nous ne sommes pas tous faits de la même façon… et nous ne marchons pas tous de la même façon. La technique de marche influe aussi un peu sur la taille idéale (et réciproquement !). J’avais déjà testé « des trucs » à ce sujet : Bâtons longs ou courts ?... Le verdict du chrono

Après avoir débuté avec des bâtons de 120 cm, je suis rapidement passé à des 125 avec lesquels j’ai eu le sentiment d’avoir une poussée plus efficace. Une évolution dans ma façon de marcher (main plus basse et plus en souplesse), et voilà qu’il me paraissent trop longs : bâton trop incliné vers l’arrière lors de la pose (ou bras très -trop ?- loin devant) et coude trop plié derrière (ou épaule trop haute). 120 trop court, 125 trop long… je décide de réduire de 2 cm, 2 petits centimètres qui se ressentent positivement sur le terrain : maintenant je suis vraiment bien.


Couper, mode d’emploi

C’est facile, il faut juste être méticuleux et disposer d’un minimum d’outillage : Un mètre, une scie à métaux, un étau, une pince, un pistolet à colle chaude… et un faitout d’eau chaude. Une serviette ou un chiffon et un morceau de papier de verre aussi.


Attention :

Les bâtons se coupent en haut, au niveau des poignées. En bas, comme ils se rétrécissent, ce serait compliqué de remettre correctement les pointes. Il faut donc commencer par retirer les poignées.



Prendre la bonne mesure

Je colle un morceau de ruban adhésif au niveau auquel devront arriver les poignées, une fois le bâton coupé, en l’occurrence 2 cm plus bas dans mon cas. Sans cela, comment savoir si la poignée a été bien repositionnée à fond après l’opération ?



Enlever les poignées

Attention à bien repérer au préalable comment elles sont positionnées par rapport aux pointes si vous êtes équipées de pointes biseautées. Il va falloir les remettre dans le bon sens !!!

Il suffit ensuite d’immerger complètement le bâton et sa poignée dans une marmite d’eau très chaude, pour la dilater et la décoller. Cinq minutes et c’est bon.



Attention ça brûle !

Je prends une serviette pour tirer, ça vient tout seul.


Je passe un cou de papier de verre sur la partie libérée du bâton pour enlever les résidus de colle.



Couper à la bonne dimension

Je place un autre morceau d’adhésif là où il faut couper, sur lequel je marque l’emplacement de mon trait de scie. Cela permet d’avoir une attaque propre de la lame et d’éviter la dispersion de la poussière de carbone.

J’insère le bâton dans l’étau et je coupe en veillant à être bien droit horizontalement et verticalement.

Évidemment, même opération pour les deux bâtons


Remettre les poignées

Attention à les remettre dans le bon sens et bien dans l’axe !!!

Je les plonge dans l’eau que j’ai remise à chauffer. Il faut qu’elles soient bien dilatées afin de pouvoir les réinsérer sur les bâtons. Je sors la première de l’eau avec une pince, ça brûle toujours, et l’empoigne avec la serviette.




Je mets un peu de colle chaude sur le bâton (surtout pas de la superglue !), vite fait avant que ma poignée ne refroidisse, et je l’enfonce sur le bâton inséré dans l'étau jusqu’à mon repère. Même opération pour la deuxième. J’ai dû m’y reprendre à deux fois : l’eau n’était plus assez chaude, je n’ai pas pu l’enfoncer à fond !









Et voila,

pile poil à la même hauteur,

bon pour le service !

Posts récents

Voir tout

Bienveillance et exigence

En marche nordique, vous seriez plutôt du genre "à cheval" sur la qualité du geste, attentif à vos stats de sorties et l'analyse scientifique de leurs paramètres, à la recherche de la performance ou …

Comments


bottom of page