top of page

Ma technique : des claques et déclic

Dernière mise à jour : 14 nov. 2022

Un week 100% plaisir et 100% utile, voilà ce que je retiens de mon séjour bas-normand en cette fin septembre. Je suis allé marcher mon premier "marathon nordique" malgré l'annulation de l'événement sports nature qui devait être organisé à Bagnoles de l'Orne.

Apprenant mon passage dans le coin, mon "amie nordique" Patricia m'a proposé de venir faire connaissance du groupe de coaches et animateurs marche nordique de la FSGT61, réunis en stage de perfectionnement ce week-end.

Marathon nordique le samedi, rencontres le dimanche, c'est TOP.



Le bon côté des réseaux sociaux

Ils ne présentent pas que des bons côtés, mais les bons le sont vraiment, surtout dans la grande famille de la marche nordique. Comme souvent, nous nous sommes "rencontrés" virtuellement avec Patricia sur le net. Nous avons eu l'occasion de nous voir et échanger "pour de vrai" à l'occasion de l'Euronordicwalk'in Vercors. J'y ai rencontré de nombreuses "belles personnes" avec qui nous avons noué de vrais liens d'amitié.


Très active au sein de la FSGT61, Patricia organisait ce stage pour les animateurs MN des clubs du département, animé par Gérard Bernabé, formateur réputé. Elle m'a gentiment proposé de passer rencontrer Gérard, Bernard, le Président, et toute l'équipe. Invitation que j'ai évidemment acceptée sans hésiter : c'était à Flers, à seulement une 30aine de kilomètre de Bagnoles.



Un belle rencontre avec une équipe sympathique.

Sous la houlette de Bernard Mingot (responsable de la commission marche nordique de la FSGT61, du pôle d'Alençon et référent MN national), le comité département est particulièrement actif dans le domaine de la marche nordique. Ce stage de deux jours avait pour but de parfaire les compétences des coaches et animateurs des clubs de l'Orne.


Et en plus, le comité fait preuve d'ouverture en invitant un haut-normand, qui plus est membre d'un club FFA : Patricia m'a invité à venir faire un petit coucou et me donner l'occasion d'échanger avec Bernard, Gérard et toute l'équipe. Mon plateau repas est prévu, cool, sympa ! Moi qui pensais venir simplement discuter et prendre l'appéro, c'est raté.



J'arrive en tenue de touriste, avec quand même mon beau t-shirt de l'Euronordicwalk et sans mes bâtons. Non non non, il va falloir travailler aussi ! Patricia me trouve des bâtons. Je reçois un accueil vraiment chaleureux et je partage les bons moments sur le terrain.

A midi, au retour en salle pour le déjeuner, je me présente : moi, mon club et la manifestation que nous organisons les 14 et 15 mai prochain : la viking nordic'walk & trail. C'est acté, les bas-normands y viendront en force.


Attention coach méchant

J'ai pu joindre l'utile à l'agréable en bénéficiant aussi des apports de Gérard Bernabé, un "grand pro" ! Vraiment remarquable, avec une démarche pédagogique efficace et originale : il t'engueule quand ça ne va pas et il mord quand tu n'écoutes pas bien les consignes. J'ai encore les traces de ses crocs sur mon bras. Tout ça dans la joie et la bonne humeur évidemment. Le samedi (que j'ai manqué pour cause de marathon) était consacré à la technique de marche proprement dite.

Le dimanche (auquel j'ai participé en arrivant en cours de matinée) plutôt à des techniques ludiques de franchissement, de saut, de ressenti avec des exercices d'équilibre, de sécurisation et de prise de confiance dans des passages difficiles. Vous descendriez, vous, dans un "mur" plein de racines, de pierres et de trous… les yeux fermés ??? Eh bien grâce à la technique de Gérard, nous l'avons tous fait sans aucun problème est sans appréhension.


Une grande claque pour de futurs progrès.

Je sais depuis longtemps que mon principal souci est le relâchement. J'ai plutôt tendance à marcher comme "un bourrin" ! J'essaie de progresser là-dessus, notamment en tâchant de relâcher les épaules. Mon coach m'a plusieurs fois rappelé à l'ordre, notamment lors de séances de fractionné. Et en effet en marchant de façon plus fluide et relâchée, ça va nettement mieux (au moins je ne rentre plus la tête dans les épaules). J'ai aussi eu la même remarque lors d'une séance de mise en pratique d'une conférence de Béatrice Voigt, à l'occasion de l'Euronordicwalk. Ça m'a été bien utile lors de la compétition le lendemain.

J'ai aussi beaucoup "travaillé" depuis quelques mois sur l'amplitude dans le mouvement des bras (et donc, automatiquement, un allongement des pas), "en allant chercher loin devant et en poussant loin derrière".


Plutôt content de moi, donc. Eh bien je ne devrais pas : "j'ai tout faux" !!!


En professionnel consciencieux, Gérard me prend à part pour me mettre une grande claque (pédagogique).

Relâchement : En fait, j'ai encore les épaules complétement verrouillées. Ce ne sont que mes bras qui bougent, alors que je dois accompagner le mouvement avec les épaules vers l'avant et vers l'arrière. Gérard essaie de débloquer tout ça, il a du mal ! Vas-y doucement, me dit-il, ressens les choses ! DOUCEMENT JE T'AIS DIT !!! Bon, je me fais encore engueuler.

En salle, il me fait faire un des exercices réalisés la veille en groupe : balancement des bras sur place, bien relâché, avec non pas des bâtons de marche nordique mais une bouteille de Quézac dans chaque main.



Amplitude : Moi qui pensait être "pas mal" sur ce point là, hé bien non, pas du tout !

Déjà, Gérard me reprend sur le fait qu'il ne faut pas aller trop loin devant avec les bras, contrairement à ce que je fais. Les bras doivent revenir tout seul dans l'élan, sans effort, et repartir derrière dès qu'ils entrent dans le champ visuel. Mais ils doivent aller loin derrière, vraiment loin, en lâchant le bâton et en poussant avec le gantelet. Gérard marche à mes côtés avec son bâton tendu perpendiculairement au niveau de mes fesses. Normalement, je dois venir le toucher et même le repousser. Bof, en effet il y a encore de la marge pour aller nettement plus loin. Un truc original : marcher avec de grands bâtons de 1,60m. Effet garanti, il me semble que j'ai eu un déclic !

Une belle leçon d'humilité !

Voilà, je sais ce qui me reste à faire : bosser, mais en y prenant toujours le même plaisir.


Alors un grand merci à Patricia pour m'avoir donné l'occasion de vivre ça, merci à Gérard pour m'avoir ouvert les yeux et déjà appris énormément en si peu de temps, merci à Bernard pour ce qu'il fait pour la marche nordique.

Merci aussi à Jacques, Président des Nordik de Flers pour son accueil dans son château (enfin celui de Flers) à Bernard et aux animateurs nordiques de la FSGT61 pour leur accueil et les sympathiques échanges que nous avons eus.

Évidemment je repars avec le bouquin dédicacé de Gérard pour approfondir tout ça.

Rendez-vous l'an prochain par chez moi.

Posts récents

Voir tout

Bienveillance et exigence

En marche nordique, vous seriez plutôt du genre "à cheval" sur la qualité du geste, attentif à vos stats de sorties et l'analyse scientifique de leurs paramètres, à la recherche de la performance ou …

Comments


bottom of page